Brothers : a Tale of Two Sons

Voilà le genre de moment qui est extrêmement rare dans ma vie de gamer. Un moment de magie où je me sens obligé de mettre un 10/10 dans ma collection SensCritique. Le jeu qui a réussi cet exploit s’appelle Brothers : a Tale of Two Sons. Un jeu indépendant dont je vais essayer d’expliquer dans ce billet pourquoi il est un excellent jeu qui m’a marqué.

Si je devais résumer pourquoi j’ai adoré Brothers, je vous dirais que ce jeu est une « anti-production de David Cage ». Parce qu’il illustre à merveille pourquoi je ne suis pas d’accord avec la vision du jeu vidéo du boss de Quantic Dream. En démontrant qu’il est possible de réaliser un jeu qui fait passer de l’émotion sans utiliser de technologie impressionnante, sans faire appel à des acteurs humains et, surtout, sans tirer un trait sur le gameplay.

Brothers

Mais commençons par le début. Brothers est l’histoire de deux frères qui partent en quête d’un remède pour leur père mourant. Un point de départ très classique mais aussi une terre fertile à l’émotion. Une émotion présente dès le début et qui est encore renforcée par les dialogues. Plutôt que de nous imposer des textes creux, Brothers fait appel à notre imagination et à notre sensibilité pour comprendre les baragouinages incompréhensibles des personnages, en nous aidant juste des intonations et du contexte. Et ça fonctionne très bien, à aucun moment on a l’impression d’avoir devant nous une scène que l’on ne comprend pas.

Two Sons

L’autre point qui nous lie intimement à l’histoire des deux frères est une idée de gameplay déroutante au premier abord. Le jeu nous propose en effet de jouer les deux frères simultanément, chacun étant contrôlé avec un côté du pad (quasi obligatoire). Et très vite le jeu va nous placer devant des énigmes demandant à nos deux mains de collaborer, comme les deux frères devront le faire pour avancer. Et pourtant on ne bloque jamais très longtemps, le jeu n’est clairement pas difficile. Ni long, c’est d’ailleurs son seul défaut.

Mais je n’hésite pas un instant à échanger la durée de vie contre la qualité de l’aventure qui nous est offerte. Ce mélange de poésie, d’émotion, de joie et de peine fait de Brothers le meilleur jeu 2013. Et peut-être même le meilleur depuis bien plus longtemps.


10/10


J’ai aimé

  • L’émotion est bien présente
  • Le gameplay

Je n’ai pas aimé

  • C’est trop vite fini

2 réflexions sur “Brothers : a Tale of Two Sons

  1. Pingback: Never Alone, histoire d’Inupiat | 60secondes

  2. Pingback: E3 2017, petit bilan des conférences | 60secondes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.