Burial at Sea, 20000 lieux sous l’amer

Bioshock Infinite n’a malheureusement pas échappé à la mode des DLC alors que le jeu de base se suffisait à lui-même. Et comme Irrationnal Games voulait boucler la boucle, c’est à Rapture que Burial at Sea nous fixe rendez-vous pour deux épisodes bien différents. Soyez prévenu, il risque d’y avoir des spoilers dans le billet.

Episode 1, dans la peau de Booker

L’histoire de Burial at Sea profite des univers multiples de Bioshock Infinite et nous emmène dans l’un de ceux-ci. Une version plus âgée d’Elizabeth retrouve Booker, de nouveau détective privé mais vivant cette fois à Rapture, et lui demande son aide pour retrouver Sally, une jeune disparue. Je ne vais pas mentir, la conclusion de la recherche de Sally ne surprendra pas une seule seconde le joueur ayant déjà touché à Bioshock premier du nom.

8870_2015-02-23_00006

Elizabeth, entre ombres et lumières

Surprise par contre en ce qui concerne la relation entre Elizabeth et Booker. Il s’agissait d’un point fort d’Infinite et je m’attendais à en retrouver une semblable dans Burial at Sea. Ce n’est pas le cas dans cet épisode, Elizabeth est plus froide et amère et il faudra attendre la fin de l’épisode pour en comprendre les raisons. Qui sont, elles, une surprise car elles contredisent la fin de Bioshock Infinite.

Pour le reste, on peut diviser cet épisode en deux parties. Dans la première, assez courte, le joueur a la possibilité de visiter Rapture avant sa chute et de rencontrer l’un des personnages marquants de la série. Dans la seconde, on retrouve une atmosphère plus proche des deux premiers jeux : on plonge dans les zones occupées par les fidèles de Fontaine et où les chrosomes sont de sortie. Le jeu retrouve sa dimension FPS, légèrement modifiée au niveau de la gestion des armes (Booker peut enfin porter plus de deux armes) qu’au niveau des plasmides.

8870_2015-02-24_00001

Au final, ce premier épisode se révèle décevant sur ce qui était le point fort d’Infinite, soit son histoire. En effet, si on sera surpris par la révélation finale, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit aussi d’un gros « merde » balancé à la face de la fin du jeu de base.


6/10


Episode 2, dans la peau d’Elizabeth

Changement total pour l’épisode 2 puisqu’on joue cette fois Elizabeth, privée de ses pouvoirs dimensionnels par une astuce de scénario dont je ne parlerai pas trop. Car contrairement au premier épisode, le scénario est cette fois à la hauteur et va entraîner le joueur aux origines de l’histoire du premier Bioshock tout en apportant les informations permettant de lier le tout à Infinite. Vraiment de l’excellent travail où même le bref retour à Columbia se montre intéressant pour l’histoire globale, en offrant un regard différent sur un évènement du jeu principal et sur le rôle des Lutece.

8870_2015-03-06_00002

Infinite vu des coulisses

Ceci dit, le fait de jouer Elizabeth implique un changement total de gameplay. Fini les fusillades, nous sommes cette fois encouragé à procéder discrètement voir à éviter purement et simplement le combat. L’armement gagne ainsi des éléments silencieux (une arbalète pouvant tirer plusieurs types de carreaux) et les plasmides s’orientent eux aussi vers la discrétion (dont un nouveau permettant de se rendre temporairement invisible). Le jeu gagne en difficulté et me fait regretter encore un peu plus que la série Bioshock n’ait pas été construite sur une autre base qu’un shooter.

8870_2015-03-06_00003

Vous l’aurez compris, si je reste très mitigé sur la première partie, j’estime que la deuxième rattrape magnifiquement le coup et justifie presque à elle seule l’achat (en promo, ça reste quand même fort court) pour tous les fans de la série.


8/10


Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.