Person of Interest s4, bug in the Machine

Après Gotham, c’était au tour de Person of Interest de terminer sa saison cette semaine. La quatrième saison d’un show qui était probablement mon préféré parmi ceux que je suis régulièrement. Et la déception a été à hauteur de l’attente car oui, Person of Interest a connu sa plus mauvaise saison depuis ses débuts. Petit bilan.

Samaritain vs La Machine

L’intro pourrait faire croire que cette quatrième saison est fondamentalement mauvaise. Ce n’est pas le cas, ça reste supérieur à pas mal de productions télévisuelles. Mais c’est par contre une mauvaise saison de Person of Interest.

Mon principal soucis avec cette saison tient à son enjeu. La mise en fonction de Samaritain a changé la donne pour Finch et les siens, les obligeant à se cacher d’une menace qu’on a parfois bien du mal à vraiment ressentir. Ce n’est à mon sens pas un hasard si les meilleurs épisodes de cette saison sont justement ceux pour lequel Samaritain n’est pas une menace abstraite mais bien une menace réelle à laquelle nos compères doivent faire face.

Le triptyque de mi-saison, sans être aussi exceptionnel en terme d’émotion que celui qui a conduit à la mort de Carter, se montre solide et propose l’un des meilleurs épisodes de Person of Interest toutes saisons confondues avec l’épisode « if…then…else » et en profite pour régler un problème déjà présent durant la saison 3 : le double emploi des rôles de Shaw et Reese. La disparition de Shaw était prévisible mais elle a le bon goût d’être moins définitive que celle de Carter.

Person of Interest sans personne d’intérêt ?

Mon second bémol concernant cette saison concerne l’autre fil rouge avec la montée en puissance d’une nouvelle organisation criminelle et sa lutte face à celle d’Elias. Je vais être clair, Elias est à mon sens le meilleur personnage du show et je suis donc ravi de le revoir.

Si l’idée de le confronter à une nouvelle génération aux valeurs différentes avait du potentiel, encore fallait-il lui opposer un personnage au moins aussi bon. Et c’est là que ça ne fonctionne pas selon moi. Dominic n’est pas à la hauteur et ressemble plus à un chef de bande certes plus malin que les autres qu’à un véritable potentiel parrain de la mafia. Je trouve dommage d’ailleurs que l’épisode qui marque son introduction soit à ce point semblable à celui qui marquait l’introduction d’Elias dans la première saison.

De l’espoir quand même ?

Tout n’est bien sûr pas décevant cette saison. Parmi les points les plus réussis, je dois citer l’évolution de Root, devenue une part intégrante de la lutte pour la survie de la Machine. Amy Acker cesse de me faire flipper dans ce rôle et c’est tant mieux.

Autre point réussi, le magnifique dialogue du dernier épisode entre Finch et sa Machine. Harold a traversé de nombreuses périodes de doutes cette saison et ce court échange permet au spectateur de ressentir de l’empathie pour cette IA qui s’excuse d’avoir déçu son créateur et le remercie de l’avoir conçue.

On le sait aujourd’hui, Person of Interest a reçu une 5ème saison réduite à 13 épisodes qui sonne comme l’annonce de la fin du show. Espérons qu’il se terminera en beauté.

Une réflexion sur “Person of Interest s4, bug in the Machine

  1. Pingback: Person of Interest, le final | 60secondes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.