Sense8, la vie à 8

Je n’ai jamais accordé beaucoup d’attention à la télévision à la demande, alors que je suis complètement lassé par la télévision plus traditionnelle. Puis Netflix a débarqué et j’en ai profité pour suivre leur Daredevil. Aujourd’hui, je suis toujours Netflix. Et c’est de la nouvelle série Sense8 signée par les Wachowski (mais si, les gens derrière Matrix) dont il va être question dans ce billet consacrée à la première saison disponible depuis la semaine dernière.

La clé de l’évolution, c’est la diversité

Du jour au lendemain, 8 personnes qui ne se connaissent pas et qui vivent un peu partout dans le monde se retrouvent connectées par la pensée. Ils vont devoir comprendre ce don et s’en servir pour faire face aux menaces sur leurs vies.

J’avoue, le résumé ci-dessus est un peu bancal. Il faut dire que j’ai parfois un peu de mal à voir quel était le propos de la série. On commence par suivre la vie des 8 personnages avant, en fin de saison, d’en exposer un à une menace qui va les unir tous.

Les défauts

  • Premier et principal défaut selon moi, les personnages sont loin d’être tous aussi intéressant. Si Nomi, Will et Riley sont les personnages qui font avancer l’histoire principale, on ne peut pas dire que tous aient la même importance. Kala est un exemple typique, son histoire ne m’a pas intéressé une seconde et ce qui m’a rendu le personnage attachant est sa relation avec Wolfgang. Pareil pour Capheus, que j’ai préféré pour ses interactions avec les autres plus que pour son histoire personnelle. Et la palme de l’histoire sans intérêt revient à Sun et Lito. La première donne l’impression d’être là parce qu’il fallait un personnage maîtrisant les arts martiaux tandis que les histoires d’homosexualité du second m’ont laissé totalement indifférent.
  • C’est très personnel mais j’ai eu un peu de mal avec la vitesse d’acceptation de la situation par les personnages. Heureusement qu’on a la scène du téléphone entre Will et Riley pour en avoir au moins une qui se demande si elle ne devient pas folle. Pire, même les personnages secondaires semblent accepter ça sans problème, comme la compagne de Nomi qui ne trouve rien de mieux que « Cool » quand Nomi discute avec son pote invisible Will, flic à Chicago.
  • Ils en ont pas marre des orgies, les Wachowski ? Sérieusement, je ne suis pas prude et les scènes de sexes à l’écran ne me dérangent pas spécialement. Pour autant qu’elles aient un minimum d’intérêt. Quelqu’un m’a justement fait remarquer que dans Sense8, les scènes de sexes impliquaient uniquement les personnages gays. Je ne suis pas sûr du message que ça fait passer du coup.

Les qualités

  • Si les histoires individuelles des personnages sont inégales, j’ai beaucoup aimé les relations qui se tissent entre certains duos. Les couples Will/Riley et Wolfgang/Kala sont très réussis et les rencontres de Capheus avec les autres en font mon personnage préféré.
  • Certains passages sont excellents, touchants ou drôles. La scène du karaoké, la rencontre au musée entre Lito et Nomi ou le concert du père de Riley en sont les exemples les plus mémorables.
  • « We had sex » et la tête que tire Will en réaction, merci pour ce moment de fou rire Lito.
  • Le sauvetage de Riley par Will dans l’épisode final. On peut discuter sur le fait qu’il a recours aux compétences de chacun des autres l’un après l’autre mais ça assure le quota action d’un épisode final.

Une réflexion sur “Sense8, la vie à 8

  1. C’était un de mes coups de coeur de l’année quand je l’ai découverte, cette série. Par contre, je suis d’accord lorsque tu dis qu’on est parfois un peu perdus dans l’histoire et toutes celles des personnages qui se téléscopent sans qu’on sache pourquoi. Il m’a fallu du temps pour réellement « accrocher » (les quatre premiers épisodes sont à ce titre vraiment, vraiment longs), d’autant plus que les personnages de Riley et de Nomi m’insupportent clairement (trop fragiles les deux). Heureusement qu’il y a Wolfie et Sun pour assurer le quota de badass parce que sinon, on se serait quand même un peu ennuyés hein.

    Concernant la saison 2, j’espère qu’on en apprendra un peu plus sur le rôle de Jonah (il me semble ?) tenu par Naveen Andrews, et sa femme, qui se suicide lors du premier épisode. Je suis curieuse de savoir comment on va expliquer leur relation, leur implication dans la « naissance » des 8 et puis surtout, pourquoi Saïd-de-Lost a l’air d’avoir 18 trains d’avance sur tout le monde alors qu’on le voit jamais, ahah 😀

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.