Star Wars : The Force Unleashed 2

Il y a des jeux dont on se souvient encore  de certains combats de boss plusieurs années après y avoir jouer. Parce qu’ils étaient bons, en général. Puis il y a ceux dont on se souvient parce qu’on a jamais réussi à passer, lassé par un boss comme le Star Destroyer de Star Wars : The Force Unleashed 1er du nom. Mais aujourd’hui, c’est de sa suite que nous allons parler.

L’attaque du clone

The Force Unleashed nous racontait l’histoire de Starkiller, l’apprenti secret de Vador. De pion à apprenti trahi, Starkiller devenait celui qui allait inspirer la rébellion par son sacrifice au terme du premier jeu. Évidement, Star Wars oblige, Vador clone son ancien apprenti. Manque de bol, le Starkiller 2.0 n’a pas oublié les trahisons de son maitre ni son amour pour sa pilote et décide de se faire la malle pour retrouver sa belle. Inutile d’espérer quoi que ce soit qui apporterait quelque chose à l’univers, ce point de départ n’évoluera pas et le scénario se résume à « trouver Juno ».

2016-01-20_00007

Cherche Juno désespérément

Passage en force

Pas de surprises au niveau du gameplay, on retrouve le côté beat them all du précédent où on alterne combat au sabre, pouvoirs de la Force et QTE pour finir certains adversaires moins communs. C’est toujours un vrai plaisir d’apprendre à voler à ces pauvres stormtroopers. On regrettera tout de même la faible variation du type d’ennemis. Leurs points faibles sont ainsi vite découverts et utilisés sans même y penser. Autre point noir, le jeu se passe totalement d’un système de combo. On note seulement la possibilité de terminer une séquence ou un dash par un pouvoir de la Force. C’est maigre pour un beat them all.

2016-01-20_00002

Le seul boss qui apporte un peu de variété, c’est lui

Le jeu se montre également assez avares en boss, mais les quelques-uns qui parsèment l’aventure sont incroyablement long. Ils ne sont pas spécialement difficiles, d’autant que les options de personnalisation du sabre laser de Starkiller permettent d’avoir une régénération de vie confortable. Ils sont simplement trop long, puisque la mécanique se résume souvent à attendre de pouvoir faire quelque chose, à l’image de l’interminable combat final.

Conclure, tu dois

Difficile à la fin du jeu de ne pas avoir l’impression que LucasArts s’est un peu foutu de nous. On est aussi en droit d’attendre nettement plus d’un jeu qui dispose d’une licence comme celle-ci. Qu’il utilise l’univers de la licence, par exemple. Que ce soit en terme de variété dans les environnements (pour l’exotique, il faudra se contenter de 3 minutes sur Dagobah) ou même dans l’action. Oui, The Force Unleashed 2 est défoulant dans son orientation ultra-bourrine. Mais le jeu échoue totalement à rendre les combats au sabre intéressants. Triste quand on se souvient de ceux d’un Jedi Academy sorti en 2003.

Dernier détail, le jeu se boucle en moins de 6 heures. N’en jetez plus. Difficile dans ces conditions de recommander ce titre qu’il vaudra mieux oublier.

2016-01-20_00006

Un joueur à la fin du jeu


5/10


J’ai aimé

  • La sensation de puissance de Starkiller
  • Plus réussi graphiquement que le premier, mais moins original
  • Les cinématiques sont pas mal

Je n’ai pas aimé

  • Le scénario ? Quel scénario ?
  • Beaucoup trop court
  • Répétitif

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.