On dit que l’imitation est la plus sincère des flatteries. Le jeu dont nous allons parler aujourd’hui devrait donc être très flatteur pour le jeu dont il s’inspire. Ce lundi, nous partons pour la Chine avec Assassin’s Creed Chronicles : China.

Encre de Chine

Assassin’s Creed China nous propose d’incarner Shao Jun, la dernière survivante de la branche chinoise de la confrérie des assassins. Bien évidement, la vengeance sera au centre de l’histoire de notre survivante qui se donne comme mission d’éliminer les Tigres, le groupe responsable de l’élimination des assassins. Un scénario que l’on qualifiera de simpliste pour être poli.

accgame-win32-shipping_2016-03-05_09-36-01_1
Le scénario nous est présenté sous cette forme entre les différents chapitres du jeu

Mark of the Assassin

Difficile de ne pas penser à Mark of the Ninja lorsqu’on se retrouve manette en main. Les deux jeux partagent ainsi la vue adoptée, les nombreuses cachettes dans le décor et les transitions rapides de l’une à l’autre ou même certains ennemis. Malheureusement, si les développeurs de Climax Studios se sont inspiré du jeu de Klei, ils n’en ont pas repris les principaux points forts. Le premier soucis qui saute aux yeux est à chercher du côté du level design. Assassin’s Creed China a choisi une approche très linéaire des niveaux. Mener à bien la mission revient en fait à résoudre, plus ou moins furtivement, une succession de situations scriptées. Ce qui nous amène au second défaut majeur du jeu : sa gestion de la difficulté, et indirectement à la question de la durée de vie du jeu.

accgame-win32-shipping_2016-02-29_02-47-03_1
Allez vous le tuer ou tenter de passer discrètement ?

Plus encore que dans la série classique, la durée de vie d’AC:China dépendra entièrement de l’approche que le joueur choisira d’utiliser. Soyez donc prévenu, si vous voulez une certaine difficulté et une bonne durée de vie, il faudra accepter de se fixer d’autres limites que celles du jeu. De base, il est effectivement trop facile d’échapper aux gardes qui vous détectent. Réussir à passer les niveaux avec les médailles d’or en Ombre ou Assassinat (ce qui implique de n’être jamais détecté) est à mon sens bien plus intéressant et offre un challenge bien plus tendu. Par contre, cette approche demande de supporter une système de sauvegarde moisi. Le jeu fonctionne par checkpoint mais conserve également en mémoire les secrets que vous avez récupérer. J’aurais aimé que ce soit également le cas de la réalisation des objectifs secondaires qui vous obligeront parfois à vous retaper l’intégralité d’une portion d’un niveau pour une erreur faite à la fin de celle-ci.

accgame-win32-shipping_2016-02-28_22-05-59_1
La carte, inutile à part pour éviter de manquer un truc à ramasser

De bonnes idées, aussi

Bien sûr le jeu ne se contente pas de reprendre la recette développée par Klei en simplifiant les mécaniques. On trouve aussi de bonnes idées dans ce Assassin’s Creed China. Le jeu intègre par exemple un principe donnant l’illusion de profondeur dans les niveaux, en jouant sur l’avant ou l’arrière plan. Un garde à l’avant plan ne vous verra pas si vous vous tenez à l’arrière plan, par exemple. Mais de la même façon, vous ne pourrez pas utiliser un outil de distraction sur un garde qui ne se trouve pas dans le même plan que vous. C’est là une mécanique intéressante et souvent utilisée dans le jeu, même si elle souffre de quelques défauts, comme le manque de clarté des champs de vision.

accgame-win32-shipping_2016-03-13_07-03-56_1
Illustration du principe de profondeur, le garde ne me verra jamais

Celui qui cherche la vengeance doit creuser deux tombes

Au final ma dizaine d’heures sur ce Assassin’s Creed Chronicles : China me laisse un bon souvenir. Le jeu m’aura parfois frustré (quand un garde vous détecte sans raison) , parfois énervé (quand le jeu vous impose de combattre un boss sans option furtive) mais sans jamais m’ôter l’envie de voir la fin de la quête de Shao Jun. Ceci dit, si vous cherchez un jeu d’infiltration/assassinat à petit prix, difficile de le recommander plutôt qu’un Mark of the Ninja bien plus complet. Pour le fan de la franchise par contre, l’expérience peut se tenter d’autant que le jeu est vendu moins de 10 euros.


6/10


J’ai aimé

  • Bon challenge pour peu qu’on s’en donne la peine
  • Style graphique
  • Les séquences de fuite

Je n’ai pas aimé

  • Le manque de souplesse dans les enchainements d’actions
  • Le système de sauvegarde
  • Niveaux trop linéaires
  • Des cônes de détection parfois aléatoires