Les mercredis cinéma #21 : Nerve

Oh toi ami lecteur fan de l’internet et des réseaux sociaux, le film dont je vais parler dans ce billet prend pour sujet les dangers qui te guettent à étaler ta vie privée un peu partout. Enfin, je crois que c’est un thème du film. Cette semaine, on va parler de Nerve.

Vee est une jeune fille timide qui vit dans l’ombre de sa meilleure amie Sydney. Parce qu’elle s’est prise un vent du garçon qu’elle aime en secret, Vee s’inscrit sur Nerve, le nouveau jeu qui fait fureur sur le web. Elle fait la connaissance de Ian, un autre joueur et ensemble, ils doivent faire face à des défis de plus en plus risqués.

Cap ou pas cap ?

Le film me rappelle beaucoup 13 Sins (un petit film sorti en 2014) dans son concept. Un concept que l’on aurait adapté pour MTV, avec des acteurs tête d’affiche jeunes et beaux (Emma Roberts et Dave Franco en têtes d’affiche) et de la musique qui va bien. On peut même un peu penser aux films « Le prix du danger » ou « Running Man » dans la morale que le film tente de faire passer.

Assez ironiquement (vu le succès de la télé-réalité sous toutes ses formes), le film pourrait permettre une intéressante réflexion sur le besoin de célébrité facilement obtenue des plus jeunes et les risques qu’ils peuvent prendre pour ne pas se sentir exclus. Certains accidents récents des cours d’école trouvent d’ailleurs un écho dans cet aspect du film. Toutefois, le film ne va pas pleinement au bout de la réflexion. Le personnage de Tommy, qui tente de tempérer Vee en début de film en lui proposant une récompense équivalente pour arrêter de jouer, finit par perdre ce rôle moralisateur pour devenir celui qui devra sauver la belle avec une autre morale mais destinée aux spectateurs du jeu (et indirectement à nous, spectateurs du film) cette fois.

Et c’est là que se situe à mon sens le défaut de l’histoire du film. Selon l’histoire, les spectateurs du jeu sont ceux qui déterminent les épreuves que passent les candidats. Ce qui nous donnent en début de film des épreuves gentillettes. Embrasse un inconnu, entre dans magasin et essaye une robe hors de prix, etc. Par contre, bizarrement, les spectateurs qui semblent ne rien vouloir de sexuel ne semblent pas gênés un instant quand les défis deviennent non seulement dangereux mais potentiellement mortel.

Puis le film perd le fil en ajoutant une troisième catégorie de joueurs (je vous laisse la surprise) dont la logique même voudrait qu’ils ne se contentent pas de défis bidons. Ce qui nous conduit à un final qui semble n’être là que pour adresser une nouvelle leçon de morale. Si je comprends le message de la fin du film et le fait que l’on se permet des choses grâce à l’anonymat d’internet que l’on ne ferait pas si notre identité réelle était connue, j’ose croire que l’humain n’est pas encore assez abruti pour accepter la mort d’une personne juste parce que « ce n’est qu’un jeu ». Le contraire serait flippant, non ?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.