Volume, le Robin des Bois 2.0

Vous l’ignorez peut-être mais en plus des RPG je suis un véritable fan des jeux d’infiltration. Et comme souvent, il faut se tourner vers la scène indépendante pour voir un jeu qui revient aux sources du genre. Cette semaine, nous allons donc parler de Volume, le nouveau jeu de Mike Bithell.

Rob Locksley, prof des voleurs

Le jeu nous met dans la peau virtuelle de Robert Locksley, cambrioleur de son état, qui grâce à un appareil de réalité virtuelle (le Volume du titre) décide de diffuser sur Internet des reconstitutions vidéos de braquages. Robert, tel un Robin des Bois des temps modernes espère ainsi que la population se servira de ces Let’s Play pour reprendre le contrôle du pays aux corporations qui ont fait mains basses sur la nation et ses richesses.

20161204224000_1

Un niveau de Volume

Pump up the Volume

Au premier contact, Volume rappellera forcément quelque chose aux fans de Metal Gear Solid. Le jeu ne cache d’ailleurs pas s’être inspiré des VR missions de la série de Kojima. Le jeu se présente donc dans une vue du dessus aux graphismes minimalistes. Contrairement à un jeu d’infiltration classique, les niveaux de Volume sont très petits et prévus pour s’enchaîner très rapidement. L’objectif est toujours le même : collecter tous les cristaux du niveau pour activer la sortie, si possible sans se faire repérer par les gardes. A ce titre, le jeu ressemble beaucoup plus à un jeu de cache-cache car si vous disposez d’outils pour distraire les gardes, il est parfois plus efficace de se laisser voir et de profiter des limites de l’IA pour filer.

20161204223343_1

Cachettes, gardes et checkpoints au menu

Contrairement à beaucoup d’autres jeux du genre, Volume se propose d’ajouter régulièrement de nouveaux éléments de gameplay tout le long des 100 niveaux qui constituent le mode histoire du jeu. Que ce soit de nouveaux ennemis, de nouveaux pièges ou de nouveaux gadgets, il est rare de passer plus de cinq niveaux sans qu’une nouvelle mécanique apparaisse, ce qui a parfois tendance à donner l’impression de jouer à un long tutorial. Et pour la variété dans l’opposition qui vous attend dans les niveaux, il y a de quoi faire. Du garde de base au champ de vision réduit qui vous abat rapidement à celui qui vous course pour vous abattre d’un coup d’épée en passant par les chiens et les archers, vous aurez de quoi faire.

Volume trompeur

Si le jeu est assez sympa, il souffre toutefois de petits défauts. Je l’ai déjà dit, l’IA a trop facilement tendance à abandonner les recherches après avoir perdu le joueur de vue quelques instants. Combinez ce comportement aux checkpoints et il devient possible de tenter des courses sous le nez des gardes en espérant passer le point de sauvegarde avant d’être abattu. Certes, il existe une option pour rendre les checkpoints inopérant lorsqu’on est poursuivi, mais j’aurais préféré que ce soit le cas par défaut. Autre problème, le jeu a souvent tendance à imposer les dialogues de son scénario pendant la mission, masquant de fait la partie basse de l’écran. Dernier point à signaler dans les menus défauts du jeu, il souffre ici et là d’un petit manque de précision dans les contrôles, particulièrement lorsqu’il faudra slalomer en vitesse dans un labyrinthe de plaques électrifiées.

20161204223935_1

Le jeu possède même son éditeur de niveau

En conclusion

Je ne savais pas à quoi m’attendre en lançant Volume et c’est avec un peu de surprise que je me suis pris au jeu. Je me suis ainsi surpris à recommencer certains niveaux pour améliorer mes chronos. Reste que si le jeu conviendra très bien à ceux qui, comme moi, ne recherchaient pas un défi hardcore, il peinera plus à convaincre un joueur à la recherche du run parfait. A vous de voir dans quel camp vous vous trouvez.


6/10


J’ai aimé

  • Adapté aux petites parties rapides
  • Un style graphique très épuré
  • Un gameplay qui s’enrichit régulièrement

Je n’ai pas aimé

  • Manque de visibilité lorsque les dialogues viennent squatter l’écran
  • Trop facile d’abuser l’IA
  • Un doublage qui alterne le chaud (Andy Serkis) et le froid (le youtuber Charlie McDonnell)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.