Styx maîtrise les ombres

J’avais déjà eu l’occasion de parler du jeu de cette semaine lors d’un TFGA mais sans entrer dans les détails. Le second épisode étant sorti en ce début d’année, je profite de l’occasion pour revenir sur l’un des meilleurs jeux d’infiltration de ces dernières années, catégorie AA. Cette semaine, on va parler de Styx : Master of Shadows.

Voleur d’Ambre

Styx se présente comme un préquel à Of Orcs and Men, un RPG développé par Spiders pour Cyanide. Plus de traces d’orcs cette fois, mais juste de Styx, le gobelin sournois amateur des transferts de propriété. Le jeu débute alors que Styx vient de se faire capturer dans la forteresse d’Akenash, là où les hommes gardent l’Arbre-Monde dont il prélève l’Ambre, une substance aussi magique que toxique. Styx quant à lui est là pour voler le Coeur de l’Arbre et sa capture n’est que le début de son histoire. Prévoyez de nombreuses heures de jeu pour terminer les différents chapitres du jeu, ça m’a personnellement pris plus de 30 heures.

2015-12-24_00001

Votre objectif final

L’importance d’être discret

Quand on est petit et armé seulement d’une dague, chercher les embrouilles n’est pas une bonne idée. Heureusement pour Styx, être un gobelin a aussi quelques avantages dont une capacité à se faufiler dans les endroits les plus sombres. Car il convient de saluer le travail de level-design effectué par Cyanide sur ce jeu. Dans chaque niveau et pour chaque difficulté rencontrée, de multiples chemins s’offrent à Styx. Que le joueur préfère une approche discrète en contournant les patrouilles ou une solution plus directe mais plus dangereuse, il y en aura pour tous les goûts. Il n’est ainsi pas rare qu’un joueur peu avide d’exploration ne traverse même pas un pan entier d’un niveau car il aura choisi un chemin détourné. Bien entendu, c’est un peu moins le cas pour les niveaux intérieurs même s’ils sont eux aussi pourvus d’alternatives, pour peu qu’on prenne la peine d’observer les lieux. De l’excellent boulot, vraiment même si on peut regretter que la deuxième moitié de l’aventure nous fasse retraverser les premiers niveaux dans un sens différent.

20170326001155_1

Aperçu d’un niveau et des chemins disponibles

L’attaque des clones

Quand traverser les lieux sans se préoccuper des gardes n’est plus possible, il est toujours temps de sortir la dague et d’éliminer les gêneurs sur notre chemin. Styx peut ainsi tuer la plupart des ennemis dont il s’approche discrètement, soit rapidement mais en faisant du bruit, soit plus lentement mais silencieusement. Plus tard, d’autres options peuvent se débloquer, comme le meurtre depuis une hauteur ou derrière l’angle d’un mur. A l’occasion, vous pourrez aussi vous servir de l’environnement pour balancer un lustre sur les pauvres idiots qui restent en-dessous et on ne sous-estimera pas l’empoisonnement de l’eau et la nourriture de ceux qui mangent pendant le service, c’est probablement la meilleure manière de se débarrasser des chevaliers en armure lourde. Enfin, Styx peut créer un clone dégénéré de lui-même et le contrôler, que ce soit pour distraire un garde, tendre un guet-apens ou simplement explorer les lieux sans prendre trop de risques, certaines zones n’étant accessibles que via le clone.

20170326162949_1

La vision d’Ambre vous aidera dans votre progression

On ne se refait pas

Un jeu Cyanide ne serait pas un jeu Cyanide sans quelques problèmes de finition et Styx n’échappe malheureusement pas à la règle. On croisera donc pêle-mêle des bugs de script qui bloqueront les PNJ, des corps qui disparaissent après une sauvegarde mais aussi quelques bugs de gestion du son où un garde vous entendra à travers un mur alors qu’un autre dans la même pièce ne réagira pas. Rien de bien dramatique au point de vous empêcher de profiter du jeu mais qui vous encouragera à sauvegarder souvent. En fait, le plus gros problème du jeu tient dans sa gestion des sauts. Styx est capable de sauter et de s’accrocher à énormément d’éléments du décor, dont des points d’accroche sur les murs. Si on ne rencontrera jamais de difficulté à agripper un élément en hauteur face à nous, c’est loin d’être aussi vrai pour les éléments situés en dessous de nous sur un mur voisin. Le système choisi par Cyanide pour s’accrocher à un bord est d’ailleurs assez mauvais. Plutôt que d’utiliser un bouton, il faut approcher Styx lentement du bord et se laisser tomber. Je vous laisse imaginer le nombre de chutes dans le vide que vous allez subir parce que vous étiez un peu pressé par les patrouilles…

20170325031357_1

Quelques énigmes viendront varier un peu les plaisirs

Maître des Ombres

Au terme du jeu c’est le sentiment d’avoir rencontré une bonne surprise qui prédomine. Styx n’est pas un jeu parfait, ni sur le plan technique où le jeu fait bien daté pour un titre datant de 2014, ni sur le plan du gameplay mais est par contre une vraie satisfaction pour les fans d’infiltration. Pour tout vous dire, j’ai trouvé ce Styx infiniment plus réussi que le Thief sorti la même année. Je vous le recommande donc chaudement.


♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥


J’ai aimé

  • Un level-design soigné…
  • … qui offre beaucoup de possibilités
  • De l’infiltration comme on l’aime

Je n’ai pas aimé

  • Techniquement daté
  • Le système de sauts
  • Une finition made in Cyanide

Une réflexion sur “Styx maîtrise les ombres

  1. Pingback: TFGA 3×03 : Les uns connus des autres | 60secondes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.