Dishonored 2, l’impératrice contre-attaque

Il n’y pas beaucoup de jeux qui peuvent se vanter d’avoir été recommencés de nombreuses fois. Encore moins avec une approche différente à chaque partie. C’est pourtant le cas du jeu dont la suite va nous occuper cette semaine. Cette semaine, on parle donc du très bon Dishonored 2.

Rendez-moi mon trône

Dishonored 2 reprend bien des années après que Corvo ait rendu son trône à sa fille Emily. Tout n’est pas rose à Dunwall, un mystérieux tueur s’attaquant à quiconque conteste le pouvoir en place. C’est dans ce contexte qu’Emily et Corvo vont devoir faire face à une tentative de révolution, menée par Delilah la sorcière. Forcé(e) de fuir, Corvo ou Emily vont devoir démanteler le complot et de rendre le trône à sa légitime propriétaire. Toutefois, n’espérez pas des retournements de situation en pagaille ou des personnages complexes. Le scénario de Dishonored 2 se contente d’aligner les cibles à éliminer sans chercher plus loin. C’est l’un des rares défauts que je trouve au jeu.

20170812211225_1

Qui combattra pour que le bien triomphe ?

Le même, en mieux

Dishonored premier du nom avait marqué les esprits pour son level design. Le jeu ouvrait ses niveaux, notamment en hauteur et permettait ainsi de multiples approches. Dishonored 2 reprend le principe, mais s’émancipe en plus des contraintes techniques de la génération précédente. Les niveaux sont plus grands, plus remplis et les approches toujours aussi nombreuses. Ceci-dit, pour peu que vous ne soyez pas porté sur l’exploration et la recherche des différents éléments cachés dans les niveaux, cette force peut aussi devenir une faiblesse. Plusieurs niveaux sont ainsi articulés sur un gimmick plus ou moins réussis. Comme ce niveau frappé de tempêtes de sable qui réduisent fréquemment la distance de vue ou celui qui vous baladera entre passé et présent.

20170819223536_1

On croise régulièrement des petites scènes de vie. Ici, des chanteurs de rue qui se feront l’écho de vos actions dans le monde.

Toujours plus

En plus de ce level-design toujours aussi soigné, Arkane a agrandi les possibilités données aux joueurs. Si Corvo reste très classique dans ses pouvoirs, Emily possède une toute nouvelle collection de pouvoirs particulièrement jouissifs. Que ce soit le Domino qui permet de lier plusieurs ennemis, l’amélioration de son pouvoir de déplacement qui lui permettra d’attirer des objets ou des ennemis vers elle ou la forme d’ombre qui lui permettra de se glisser dans des trous de souris, Emily est clairement très sympa à jouer. Mais il faudra faire des choix, les améliorations de pouvoirs ont un prix parfois élevés en runes.

Même son de cloche pour les gadgets qui gagnent eux aussi en variété. Certains viennent en droite ligne des DLC de Dishonored 1 (comme les mines), d’autres sont totalement neufs. Ceci dit, l’utilité de certains nouveaux carreaux d’arbalète m’a paru discutable. Toujours dans la catégorie du toujours plus, on constate un nette augmentation des charmes d’os, ces petits bonus passifs que le joueur peut équiper. Au point d’approcher la surabondance puisque le joueur peut également créer ses propres charmes, en cumulant les traits de ceux en sa possession.

20170912185206_1

Créer ses propres charmes d’os est devenu possible. A utiliser avec modération.

Des ennemis pour un empire

Par contre, s’il y a bien un point sur lequel Dishonored se trouve en retrait de son aîné, c’est du côté des ennemis. Oubliées les meutes de rats, remplacées par les mouches de sang bien moins gênantes. Oubliés aussi les joueurs de musique bloquant vos pouvoirs. Même les sorcières, apparues dans les DLC de Dishonored m’ont parues simplifiées, ne se téléportant plus qu’en cas d’alerte. La seule nouveauté se révèle donc être les soldats mécaniques, que l’on ne croise que rarement. Pour le reste, il faudra se contenter de la garde traditionnelle et des petits brigands locaux.

Dishonored 2 Screenshot 2017.08.19 - 16.02.52.25_1

Cette sieste vous est offerte par Emily Kaldwin.

Le manoir mécanique

Pourtant, il suffit de s’intéresser au cas du niveau du Manoir Mécanique pour comprendre tout ce qui fait la force de Dishonored 2. De base, le manoir est l’oeuvre d’un génie et un piège redoutable pour Emily/Corvo. C’est un labyrinthe dont la configuration des pièces change au gré des leviers présents dans les salles. Mais Arkane n’a pas oublié d’offrir des possibilités pour contourner le problème. On sort du piège, on en explore les coulisses et on atteint notre objectif sans jamais alerter personne. Le jeu continue d’ailleurs de proposer des solutions non létales à chaque objectif.

Dishonored 2 Screenshot 2017.09.01 - 19.49.37.46_1

Une pièce du manoir en pleine transformation, et des gardes réveillés

Conclusion

En quittant la grise Dunwall pour la colorée Karnaca, Dishonored n’a effectué qu’une mutation de façade. Mais si le coeur du gameplay reste excellent (et j’encourage vraiment à aborder le jeu de manière furtive, plus amusant à long terme que l’approche létale), le travail effectué sur l’environnement de jeu est digne d’éloges. Jamais le monde de Dishonored n’aura été à ce point soigné dans les moindres détails. Que ce soit ces petites scènes de rue entre gardes et civils ou juste ces endroits, à l’écart du chemin principal et qui ne sont là que pour être découvert par un joueur curieux, Dishonored 2 laisse au joueur l’impression d’évoluer dans un monde vivant. Du grand art, tout simplement.


9 / 10


J’ai aimé

  • Une grande liberté dans la manière d’aborder les niveaux
  • Des pouvoirs bien fun à utiliser
  • Il y a beaucoup moins de rats

Je n’ai pas aimé

  • Des personnages moins soignés que dans le précédent
  • Peu de nouveautés côté ennemis
  • Les solutions non létales sont un peu trop évidentes

3 réflexions sur “Dishonored 2, l’impératrice contre-attaque

  1. Tu m’as presque donné envie de commencé le jeu que j’ai préco’.. Mais je n’y est jamais joué encore. J’ai peur de le lâche en plein milieu. Pourtant on peut jouer un perso’ feminin ce qui d’habitude me pousse a jouer aux jeux. Mais pas moyen là…

    Aimé par 1 personne

    • Je vais être honnête, j’ai essayé de faire un deuxième run en chaos élevé avec Corvo… Pas moyen, le perso me semble tellement fade par rapport à Emily. Alors peut-être que c’est parce que j’ai encore le jeu trop en mémoire ou que je trouve le mode « j’tue tout le monde » moins fun de base (ce qui est le cas) mais voilà. Sachant que pour le 100%, faut limite finir le jeu 3x, ce sera pas encore pour cette fois :p

      J'aime

      • Je cherche rarement à faire les jeux a 100% Mais faudra vraiment que je tente car, j’ai vu que de très bonne critique sur ce jeu. Et puis je l’ai ça serait dommage de pas le faire.

        J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.